Tout savoir sur le métier de kinésithérapeute

 
Le métier de kinésithérapeute est une profession que l’on retrouve dans le domaine de la santé. C’est à travers cette science que le médecin kinésiste aide les malades en phase de rééducation à retrouver leur mobilité le plus rapidement possible.

L’UTILITÉ DE LA KINÉSITHÉRAPIE

La kinésithérapie consiste dans le traitement des affections osseuses, articulaires et même musculaires. C’est un traitement médical qui est prescrit dans des cas particuliers notamment lorsqu’une personne a perdu la mobilité de certains de ses membres du fait d’un accident. Ainsi, l’exercice de la fonction de kinésithérapeute impose certaines conditions.

COMMENT ACCÉDER À LA PROFESSION DE KINÉSITHÉRAPEUTE ?

L’accès aux métiers liés au domaine de la santé est quelque peu difficile, tout simplement parce que c’est la vie humaine qui est mise en jeu. Il suffit de la moindre erreur pour que le sujet passe de vie à trépas. C’est pour cela que l’accès à la profession de kinésiste est soumis à l’obtention d’un diplôme qui doit être reconnu par l’Etat du territoire où la profession sera exercée. Bien évidemment, ce diplôme ne s’obtient pas en un clin d’œil. En effet, toute personne désireuse d’intégrer ce corps de métier doit obligatoirement se consacrer à la formation en masso-kinésithérapie qui dure trois années.

LE DÉROULEMENT DU METIER DE KINÉSITHÉRAPEUTE

L’exercice de la profession de kinésithérapeute peut se faire de deux façons. D’une part, par l’usage des mains, ce qui sous-entend que le médecin kinésiste procède à des massages ou des étirements sur la personne malade dans le but d’aider le membre endommagé à retrouver sa mobilité de façon progressive. Cet exercice doit être effectué régulièrement. D’autre part, le kinésiste peut faire usage de certains appareils conçus spécialement dans le cadre de son activité. C’est le cas de l’électrothérapie, la balnéothérapie, la pressothérapie, pour ne citer que ceux- là. Au-delà de sa sphère de compétence, le kinésithérapeute peut aussi intervenir en cas d’accident cardio-vasculaire ou respiratoire, en cas de troubles urinaires ou génito-urinaires. Contrairement à d’autres domaines du corps médical, l’on ne décèle pas de spécialités à proprement dites dans le cadre du métier de kinésithérapeute. On considère donc comme des spécialistes, les kinésistes ayant accumulé de nombreuses années d’expérience dans ce domaine. On note par ailleurs qu’il n’est pas exclu de suivre des formations qui puissent permettre aux kinésistes d’accéder à d’autres domaines d’activité liées à la santé.

LA FORMATION CONTINUE DPC

Pour améliorer les moyens d’exercice de la profession de kinésithérapeute, il faut mettre l’accent sur la formation DPC pour les masseurs kiné, qui est une prise en charge gratuite offerte attribuée par les organismes de formation. En effet, le développement professionnel continu (DPC) offre aux professionnels du métier, l’opportunité de prendre part à un programme de formation qui se tient au minimum une fois tous les trois ans.L’objectif de ces formations est celui de perfectionner au mieux les agents en exercice dans ce domaine.

Le métier de kinésithérapeute paraît moins difficile et très intéressant à exercer. C’est donc une fonction à promouvoir.